Home

L’autre jour y’avait le quatrième volet du cycle Mahler au théâtre du Châtelet. Et puis bon ben comme c’était pas le jour de la Nouvelle Star et qu’on m’avait donné des places (je suis très influente dans le monde de la culture) on y allé avec La Princesse.

On était contentes parce qu’on avait même pensé au pique-nique (le truc était à 20h et je ne peux pas rester très longtemps sans manger). On avait déjà entendu le nom du mec parce qu’on aime bien jouer au Trivial Pursuit et qu’il était déjà tombé dans les questions marron, donc on savait que ce serait de la musique.

On a mangé notre repas équilibré (de la viennoise au chocolat et de l’aspartame en bouteille de 33cl) en gloussant de notre audace (les gens ne pique-niquent pas pendant un concert de classique, on est des sacrées rebelles !) et puis quand ils ont éteint les lumières on était repues et alors on pouvait pioncer tranquilou totalement se concentrer sur les variations.

Ce soir-là il devait pas y avoir beaucoup de violonistes au chômage à Paris, ils étaient tous en face de nous pour la Symphonie n°3. Franchement le mec il n’a pas composé de la musique au rabais, mais il pouvait se le permettre car à l’époque (en 1895) les gens étaient pas mal fans alors ça posait pas de problème de payer tout ce monde-là.  Il y avait même du chant et j’ai été un peu déçue parce que je pensais que toutes les dames qui chantaient très aigu en allemand étaient comme Marianne James et puis là non (j’ai beaucoup de références en temps normal, mais j’essaye de me mettre au niveau de mon lectorat)(vous connaissez André Rieu ?). La fille elle roulait les r alors bon certainement elle est autrichienne je me suis dit, en regardant La Princesse du coin de l’oeil qui était en train de noter les paroles pouffer à chaque fois que la Castafiore hurlait vocalisait schlieeeefeeeeeeee (l’allemand c’est rigolo).

Le livret qu’on nous a distribué nous apprenait que le premier mouvement de la troisième symphonie, il était assez monumental (c’est à dire chiant long) et qu’il nous emportait immédiatement dans un univers tellurique, minéral, en rupture complète avec le quotidien (le mec qui a écrit ça connait donc la signification du mot tellurique, ce qui doit suffire à faire de lui quelqu’un de légitime pour parler de Mahler).

T’as bien aimé le tellurisme toi ? j’ai demandé à la Princessse en sortant.

Chais pas, elle a dit. Je crois que mon problème avec les symphonies c’est que j’ai l’impression de participer à une chasse à courre.

Je voulais pas revenir sur le débat de tuer des animaux, alors j’ai rien dit. Mais c’est vrai qu’en sortant j’avais bien envie d’aller chatouiller du renard.

 

Publicités

3 réflexions sur “Taïau

  1. « (…)La Troisième Symphonie est une vaste tentative pour embrasser la création tout entière. Elle s’ouvre par un immense mouvement conçu comme une cosmogonie, puis célèbre les fleurs et les animaux. »

    J'aime

  2. la princesse qui pense que la pizza est un légume et la gaufre est un fruit dit :

    J’adore !!!
    La prochaine fois, pensez à prendre de la pizza, hein. Et des gaufres.

    J'aime

  3. « einer der bedeutendsten Komponisten der Spätromantik »…
    Le germain, langue mélodieuse s´il en est…

    J'aime

Pour générer une pensée unique de l'Internet :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s