Home

mais moi je m’en fichais, je marchais avec mon Amie-Whatever et on allait assez vite car nous étions en quête d’un déjeuner (si on ne mange pas on meurt).

Et alors là le type déjà il était en vélo sur le trottoir (j’ai dû raisonner mon Surmoi germanique qui se serait fait une joie de le dénoncer), il a ralenti et il nous a fait Salut, y’a pas un bureau de tabac dans le coin ? Franchement moi je ne fume pas (je veux que ma mère soit fière de moi et en plus je préfère garder mes sous pour acheter des serre-tête) donc je n’en savais trop rien. Toutefois, je suis du genre à ne pas avouer mon ignorance alors j’ai dit oué par là-bas en indiquant vaguement le lointain (d’ailleurs je ne conseille pas aux gens de me demander leur chemin parce que souvent je dis un truc mais en fait je n’en ai pas la moindre idée).

En vrai on voulait surtout se débarrasser du type parce qu’on avait faim mais lui il n’avait pas l’air de trop vouloir nous lâcher la grappe. T’as des drôlement chouettes habits, il m’a fait remarquer, tu travailles dans la mode ? Sans déconner. Je ne savais pas si je devais être vexée parce que je n’ai pas envie d’avoir l’air de travailler dans la mode (car pour avoir du talent dans ce milieu il faut être un homme gay) ou parce qu’il se fichait de moi et de ma robe à carreaux (qui est très confortable mais assez peu affriolante). Non, j’ai dit, je travaille (j’ai montré du doigt mon bureau), et je fais un truc spamal (j’ai décrit brièvement mon gagne-pain car j’aime beaucoup parler de moi). Ah trobien, il a fait (les gens qui s’enthousiasment quand on parle de travail sont toujours suspects), car ça devait lui sembler être quelque chose d’assez artistique (mais en vrai, moyen) pour satisfaire sa curiosité d’acteur (il était acteur en fait – c’est à dire RMIste).

Et sinon tu veux bien coucher avec moi t’aimes bien le théâtre ? (HAHA)

Non, j’ai dit, je déteste. C’est la vérité, je déteste le théâtre (ça me met très mal à l’aise tous ces gens qui parlent trop fort de manière assez peu naturelle).

Mon Amie-Whatever elle était TELLEMENT blasée et moi j’étais TELLEMENT peu avenante car je n’ai pas l’habitude de me faire courtiser (surtout l’été car je ne suis pas bronzée et donc en Occident je suis assez peu digne d’intérêt). Alors du coup ce gentil garçon au chômage il a lâché l’affaire pour le plus grand soulagement de nos estomacs.

Enfin voilà quoi.

Une réflexion sur “L’autre jour il y avait ce type, je voyais bien qu’il me regardait bizarre

  1. Au moins toi il t’a pas tapé la discut’ pendant une demi-heure (sans exagérer) à te dire qu’il faisait des études de droit et que tu était très ouverte, amicale et géniale. Je te jure, dans cette conversation (qui d’ailleurs ressemblait bien plus à un monologue), j’ai dû glisser trois mots, me retenir de pouffer de rire avec une amie qui m’accompagnait, finir par m’inquiéter parce qu’il ne nous lâchait pas, et me demander pourquoi il nous parlait alors qu’il disait avoir 24 ans et que moi je n’en ai que 15.

    Conclusion : Tu attires les gens parce que tu t’habilles bien (contrairement à ce que tu peux dire), j’attire les gens qui racontent leur vie sans que je leur ai demandé quoi que ce soit. Mince alors, je t’envie.

    J'aime

Pour générer une pensée unique de l'Internet :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s