Home

(il présente l’énorme avantage d’être en bas de chez moi et de filer du céleri avec le jus de tomates).

Mais pourquoi ? Comment ? Moi, avec mes petits serre-têtes et mon air de ne pas y toucher (je ne touche effectivement à pas grand chose) ?

C’est un évidemment un sale MALENTENDU.

Hier soir j’avais terriblement envie de me remettre à la gameboy – or je ne peux pas pratiquer cette activité seule chez moi, car dans ces cas-là mon esprit se détache de mon corps, regarde la scène, et j’ai immédiatement envie de mourir de pitié pour cette fille en yogging violet qui se vénère sur Warioland 2 (ce jeu est pourtant tellement simple). J’ai donc besoin de pratiquer ma passion dans un espace de socialisation et je le fais très volontiers chez Goldberg.

Le mec du bar chez Goldberg, c’est toujours le même : il est gentil et je l’appelle Benoît parce que je n’ai aucune idée de c’est quoi son vrai nom schleu (ça ne m’intéresse pas plus que cela). Lui il m’aime bien parce que je représente la moitié de son chiffre d’affaire suis très sympa, alors des fois il me parle. Hier soir il devait se faire chier plus que d’habitude puisqu’il est carrément venu s’asseoir :

Elle est trocoule ta gameboy (c’est vrai : elle est rouge), il m’a fait, tu as l’air d’être super balèze à Warioland 2 (c’est faux: je suis nulle). Bist du alleine weil, du kein Freund hast ? il a ajouté, ce que le traducteur automatique de mon cerveau a immédiatement interprété comme tu es seule parce que tu n’as pas d’ami ?

Autrement dit l’occasion idéale de monter sur mes grands chevaux, ce que je ne manque jamais de faire :

HIN ! Mais pas du tout, je me suis offusquée, ich habe MEHRERE, j’en ai tout plein des potes bouffon (en vrai je n’ai pas dit bouffon car je ne connais pas d’insulte en schleu).

Pendant que j’étais en train de lui expliquer à quel point j’avais en fait plusieurs Freuden, mais que des fois j’avais besoin d’être seule pour me reposer un peu, mon esprit s’est détaché de mon corps et je l’ai vu en train de considérer tout ce que je lui racontais comme l’aveu d’une polygame nymphomane.

Freund. Copain. Ami. Très bon ami. (Et plus si affinités).

Quand je pense qu’on vante toujours la précision du schleu, ça me donne juste envie de mourir étouffée par une cagoule en poils d’humains.

4 réflexions sur “Je suis passée pour une traînée dans le bar que je fréquente le plus souvent

  1. Alors que ce brave garçon flirtait. Oui flirtait. En Allemagne. Je sais c’est étrange. Mais il fait partie de ces braves!

    J'aime

Pour générer une pensée unique de l'Internet :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s