Home

et je parlais de choses de travail au téléphone – c’est à dire que je faisais de l’imposture à gogo en employant des mots comme « processus » et « chemin décisionnel » pour cacher l’horrible vérité : je suis totalement incompétente.

Il va sans dire que je suis extrêmement mal élevée; ça ne se fait pas de parler fort dans un bus. Toutefois j’étais bien bien en galère et mes quarante-cinq minutes de trajet doivent trouver le moyen d’être rentabilisées à minima (après ça me laisse le temps de faire des choses de détente, comme des machines de linge ou les courses chez Monop’ car ces bâtards de Franprix ferment à 21h).

Bref, je bullshite je bullshite je bullshite j’exprime posément mon point de vue et je raccroche avec le sentiment du devoir accompli : c’est à dire justement je n’ai pas accompli mon devoir, mais j’ai un sursis de quelques heures. Autant dire que je me sens genre comme Hussein Bolt après un contrôle anti-dopage : je suis passée au travers des mailles du filet mais j’ai quand même grave la mauvaise conscience (mais rassurez-vous, ça ne dure jamais longtemps).

Et là, tandis que je pensais finir mon trajet tranquillou (YES ! 6 minutes de sommeil jusqu’à Jules Joffrin !), il y a ma voisine direct elle m’enchaine, celle qui voyageait avec une petite personne dans les bras (à en juger par son garrot, je dirais approximativement 2 ans et demi d’âge à l’aise Blaise – sans déconner depuis que je suis tante j’ai l’impression d’avoir la science infuse en ce qui concerne les gens récemment nés).

Vous êtes étudiante ?, elle me fait comme ça. Ca vous dirait pas de faire du baby sitting parfois ?

(SI)

Alors je ne sais pas vous, mais moi quand j’étais étudiante et que j’étais au téléphone, j’avais plutôt tendance à parler comme quoi han la la Eudes il a encore couché avec Cerise (les prénoms de fruits, pas uniquement le lot des vendeuses de chez Sandro sa mère donc) ou bien à m’inquiéter de c’est qui qui allait driver chez Metro acheter du cubi de rouge à trois euros vingt pour la soirée du BDE (celle où il fallait se déguiser en pute, au hasard).

Clairement, j’ignorais les expressions telles que productivité (avantageusement remplacée par procrastination), indicateurs de suivi (avantageusement remplacée par feuille de présence aux TD) ou ratios de rentabilité (avantageusement remplacé par antisèches sauvages).

Donc soit a) les étudiants ont bien changé (LOL), soit b) mes habits me donnent grave l’air d’avoir besoin d’argent de poche ou soit c) les gens sont tellement en galère de nounou qu’ils accostent sans hésitation tous les êtres humains qui n’ont pas le regard pervers/vitreux d’Emile Louis.

Je ne sais pas (je vais réfléchir à ce problème).

11 réflexions sur “Hier j’étais dans le bus,

  1. Pourquoi diable s’échiner à cumuler les K euros pour le grand capital alors que l’on peut rendre un vrai service à la société en se faisant hurler et pisser dessus pour 8 € de l’heure ? Je vous le demande.

    J'aime

  2. « après ça me laisse le temps de faire des choses de détente, comme des machines de linge ou les courses chez Monop’  »
    J’espère que c’est une formule purement dialectique…
    (ah, sinon, j’espère que t’as profité de cet excès de confiance pour lui voler son sac, au moins)(rapport a ce que t’as besoin d’acheter un cubis)(et des fringues)(réponse a>les étudiants sont de plus en plus vieux, réponse b>tu as assez fustigé ton goût douteux)

    J'aime

Pour générer une pensée unique de l'Internet :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s